Kissinger : « Le printemps arabe, c’est pour brûler la Syrie et l’Iran »

Publié le

 

Dans une interview accordée à un journal New Yorkais, l’ex-ministre américain des affaires étrangères, Henry Kissinger a déclaré que tout au long de sa carrière diplomatique, les seuls présidents qui l’ont tracassé sont Hafedh Al Assad et son fils Bachar Al Assad.
Kissinger a expliqué que les Etats-Unis croyaient que Hafedh Al Assad avait chassé tous « les abrutis« . Mais, heureusement pour les Etats-Unis  il en reste encore quelques uns.
A propos du « printemps arabe« , le politologue américain de confession juive, a affirmé que ces « révolutions qui secouent le monde arabe » ne se sont pas déclenchées de manière anodine  » Vous pensez que ces révolutions en Tunisie, en Egypte et en Libye étaient pour les beaux yeux des arabes ?!! nos cibles sont la Syrie et l’Iran. » a-t-il précisé sur  un ton railleur.
Il a avoué que Hafedh Al Assad était la seule personnalité qui l’a vaincu. Il a ajouté que depuis août 2011 « la révolution syrienne » a déclenché une guerre froide qui va s’intensifier encore plus les mois prochains.
Pourquoi la Syrie particulièrement? Kissinger a répondu que la Syrie est le pôle de l’Islam modéré dans le monde. La Syrie c’est aussi le pôle du christianisme. Les Etats-Unis œuvrent, selon lui, pour la destruction des  structures urbaines relatives à la chrétienté et à déplacer par la force les chrétiens syriens. En effet, la Syrie est au cœur du conflit russo-américain. Les orthodoxes de Russie et de l’Europe de l’Est appartiennent confessionnellement à la Syrie. D’après lui, le conflit actuel entre les forces mondiales ne se limite pas à la domination des ressources pétrolières, c’est un conflit beaucoup plus profond.
Le diplomate américain a ajouté que c’est à cause de la « stupidité » de l’ex- président américain Richard Nixon que les Etats-Unis n’ont pas pu occuper la Syrie. « La seule solution pour la mettre au pilon c’est de la brûler de l’intérieur, c’est ce qui se passe actuellement », a-t-il renchéri.
Il a conclu qu’il a toujours admiré le peuple syrien qui a réussi à instaurer une infrastructure imposante malgré le peu de moyens à sa disposition. « C’est surprenant comment un peuple composé de plusieurs ethnies et confessions soit aussi homogène » a-t-il exprimé.
Il a souligné que la plupart des syriens en réalité soutiennent Bachar Al Assad et que seulement 1511 soldats, ont quitté l’armée syrienne. Cette dernière compte 511 000 soldats et occupe la 4ème position dans le dernier classement des plus fortes armées au monde.

Kissinger : « Le printemps arabe, c’est pour brûler la Syrie et l’Iran »