Des Marines américains menaçant les manifestants d'Al Hoceïma ? La blague qui tourne mal02

Publié le

"Cette vidéo devait être une parodie dénonçant 
les menaces contre les Rifains"

Mais alors qui sont ces pseudo-Marines que l'on voit vociférer dans cette vidéo ? En réalité, il s’agit d’un groupe de figurants Marocains qui participent au tournage d’un film Américain à Tanger. L’homme que l’on voit parler sur ces images s’appelle Abdelouahed Elhilali. Il est bodybuilder et vit à Tanger, et on retrouve sur sa page Facebook plusieurs photos de lui.
 
 
Le bodybuilder Abdelouahed Elhilali était en fait l'un des acteurs de la vidéo.

Il a entre autres réalisé récemment un Facebook Live où il explique aux internautes comment pratiquer la musculation durant le ramadan. 
 
 



France 24 a pu entrer en contact avec Abdelouahed Elhilali grâce au média local Massae Tanja qui avait déjà réalisé son interview. Visiblement dépassé par la tournure des événements, Abdelouahed Elhilali explique : 
 
"Nous étions sur le tournage d’une série américaine comme figurant. Avec des amis, nous avons profité d’une pause pour faire cette vidéo, car l'un de nos amis est Youtubeur et aime bien faire des montages vidéos. Il s’agissait d’une parodie destinée à dénoncer les messages de menaces à l’encontre des frondeurs de Hoceima qui circulent ces dernières semaines sur YouTube notamment. 

Nous avons repris exactement les mêmes codes, et les mêmes phrases que ceux qui diffusent des messages de haine, en posant en uniforme américains, afin de nous moquer d’eux. D’ailleurs, à la fin de la vidéo, on a crié 'Allah akbar' à la manière de Daech, car on voulait dénoncer l’intolérance de ces gens qui véhiculent des discours de haine tout comme ce groupe terroriste. 
 
"J'ai fait dix heures de garde à vue à cause de médias peu scrupuleux"

Nous devions à l’origine faire une deuxième vidéo à l’issue de notre tournage, en posant en civil, pour expliquer notre démarche et adresser un message de soutien aux Rifains. Sauf qu’entre temps, la première vidéo s’est retrouvée sur Facebook, et des médias peu scrupuleux y ont accolé des titres tendancieux où on nous accusait d’avoir déclaré la guerre aux gens du Rif. 

Cela a eu des conséquences très graves, puisqu’à l’issue du tournage, des policiers marocains sont venus nous arrêter, et nous avons fait dix heures de garde à vue. Je suis en colère que l’on ait pu manipuler une vidéo de la sorte, et je suis surtout assez surpris que quasiment aucun journaliste marocain n’ait essayé de me contacter. "

La province d’Al-Hoceïma est secouée depuis sept mois par un mouvement de contestation revendiquant le développement du Rif, région historiquement frondeuse et géographiquement enclavée. Nasser Zefzafi, un chômeur de 39 ans, est devenu la figure de proue de mouvement ces derniers mois. Il a été arrêté le 29 mai par la police et incarcéré à Casablanca. 
 

Commenter cet article